Chose promise, chose due ! Voici le deuxième billet sur le télétravail, qui se concentre sur les aspects négatifs.

A mes yeux, le premier inconvénient est la difficulté à maintenir sa motivation. Personne pour vous surveiller et vous dire quoi faire ? Il suffit que vous ayez une baisse de moral et vous voilà tenté(e) de baisser les bras ou de remettre au lendemain cette tâche si pénible. Et comme vous êtes seul(e), physiquement en tout cas, personne ne sera là pour vous donner un petit coup de pouce, il faudra puiser dans vos propres ressources mentales pour s’y remettre. Lorsque cela m’arrive, j’ai plusieurs astuces pour ne pas laisser la démotivation s’installer :

  • prendre dix minutes pour faire quelque chose qui me fait plaisir, pour repartir au combat avec plus d’entrain
  • en parler à mon conjoint ou à un(e) ami(e), pour qu’ils m’encouragent et me redemandent dans quelques jours si j’ai accompli cette tâche pénible dont je leur avais parlé
  • penser à l’une des choses que ma réussite me permettra d’accomplir, pour avoir un objectif concret en tête lorsqu’il faudra s’y mettre.
Img-bibliotheques-teletravail
Acheter une bibliothèque d’angle avec les sous de mes dernières traductions, par exemple

Deuxième inconvénient du télétravail : il est plus difficile de séparer la sphère privée de la sphère professionnelle. Votre maison est votre bureau et inversement. Vous êtes tenté(e), si vous avez un moment libre dans votre soirée, de jeter un dernier coup d’œil à ce dossier qui vous préoccupe, ou d’en profiter pour rattraper un peu votre retard en comptabilité, etc. Tout cela engendre un grand stress : comme votre journée n’est jamais vraiment finie, votre esprit ne se met jamais au repos et est obsédé par une foule de petites choses à faire. Le risque ? Le burn-out. La parade ? Définissez clairement vos horaires et, lorsque l’heure de la libération a sonné, allez faire un tour. Ces cinq petites minutes que vous prenez pour aller chercher le pain ou faire le tour du pâté de maisons suffiront à votre cerveau pour passer du mode « boulot » au mode « repos ».

Ensuite, qui dit télétravail dit isolement. Pas de collègues à saluer tous les matins, pas de discussions pendant les pauses ou le déjeuner, parfois des jours d’affilée sans voir personne… Tous les télétravailleurs ne sont pas des asociaux qui fuient les contacts humains comme la peste. Certains auront plus de difficultés à s’acclimater que d’autres. Pour autant, attention aux idées reçues : le télétravailleur n’est pas enfermé au sommet de sa tour, il ne tient qu’à nous de faire signe à un(e) ami(e) pour le déjeuner ou de téléphoner à ce(tte) collègue si sympathique pour rompre l’isolement.

Pour terminer, il faut impérativement veiller à ce que votre environ de travail soit sain. Écrire vos articles depuis votre canapé, de temps en temps, on vous pardonne, mais tous les jours, non. Poser votre ordinateur sur un coin de table, cerné par une pile de linge à repasser et de la vaisselle sale, non plus.

Img-bureau-teletravail
Exemple d’environnement de travail sain

Pour ma part, je n’ai pas d’enfants, mais il faut y penser aussi : au moment où votre enfant rentre de l’école, il ne comprendra pas forcément que vous soyez en train de travailler. Si vous avez un enfant en bas âge, votre activité est susceptible de perturber sa sieste et il faudra alors se lever à chaque fois qu’il se mettra à pleurer. En ce qui me concerne, cela peut paraître trivial, mais j’ai deux animaux de compagnie. Et je peux vous dire que lorsque le chat gratte à la porte et que j’entends, à travers la paroi, le lapin ronger énergiquement son bout de pain, cela n’aide pas à se concentrer !

 

En conclusion, chaque personne est différente. Certain(e)s supporteront très bien le télétravail, d’autres verront leur productivité chuter. Pour ma part, c’est un fonctionnement qui me convient bien, même si je constate que la déprime hivernale se fait beaucoup plus sentir depuis que je travaille à la maison. Si vous cherchez un bon compromis, vous pouvez rejoindre un espace de coworking et choisir combien de jours par semaine vous souhaitez passer à la maison. Vous pourrez partager certains frais (compta, prix des locaux, imprimante, etc.) avec vos coworkers, pour une somme très raisonnable.

Et vous, comment vivez-vous le télétravail ? Est-ce plutôt une contrainte que vous subissez ou un avantage auquel vous ne renonceriez pour rien au monde ?

Facebooktwitterlinkedin

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *