Aujourd’hui, je voulais faire un billet sur les avantages du télétravail.

N.B. Certains points sont propres à mon statut de travailleuse indépendante et ne concernent pas forcément les salariés en télétravail.

Les gens à qui j’explique que je travaille depuis la maison ont quasiment toujours la même réaction : ils s’exclament que c’est génial, que j’ai « trop de la chance »… Oui, travailler à la maison, je trouve ça génial. Cela correspond bien à l’exercice de ma profession et à mon caractère. Pourtant, il faut nuancer un peu ce tableau a priori idyllique. C’est un contexte qui ne convient pas à tout le monde et qui comporte, comme toute situation, son lot d’inconvénients.

Commençons par le positif, les inconvénients feront l’objet d’un second billet, disponible très prochainement.

Mes horaires sont très facilement aménageables, bien plus que ceux d’un salarié qui doit se plier aux exigences de son entreprise. En théorie, je suis libre d’aller à mon cours de yoga le jeudi à 9h30 et de compenser en travaillant plus tard le soir. Je peux aussi aller faire mes courses de la semaine le vendredi matin pour éviter la cohue du samedi. Dans la pratique, lorsque l’on est son propre patron, il faut quand même définir un cadre et s’y tenir, sous peine d’être moins productif. J’essaye donc d’organiser ma journée selon les horaires classiques, ne serait-ce que pour pouvoir calquer mon rythme sur celui de mon conjoint. Je planifie également très soigneusement ma semaine afin de pouvoir limiter au maximum les imprévus et ne pas me sentir trop libre de procrastiner.

En termes de productivité et de planification, le trajet salon-bureau inférieur à trente secondes est un avantage indéniable du télétravail. Pas de temps perdu dans les transports, pas d’abonnement au tramway à prévoir, ce qui veut dire moins de stress et moins d’argent dépensé. Pour la pause de midi, je suis déjà sur place, j’ai donc une pause effective de 1h30 pour manger, faire un peu de ménage, lire, regarder un épisode de série… Je sais, ça fait rêver.

Autre avantage : des frais moindres par rapport au travail classique. Là encore, je ne veux pas faire de généralités sur des métiers que je ne connais pas, mais être traductrice en télétravail, cela signifie pas de frais de transports (essence, entretien vélo ou abonnement), pas de budget cantine ou resto pour les repas de midi. Cela compense largement le coût du matériel strictement indispensable au télétravail : un ordinateur et une connexion internet.

Enfin, un dernier point qui rejoint un peu les deux premiers, c’est que mon environnement est beaucoup plus adaptable. Je n’ai pas à m’interrompre pour répondre aux questions d’un collègue. Je peux choisir les moments où je réponds au téléphone et ceux où, pour ne pas perdre ma concentration, je laisse le répondeur s’enclencher pour pouvoir rappeler les gens plus tard. Pas de réunions chronophages non plus, et surtout pas à l’heure de la pause déjeuner. Bref, pas de temps perdu parce qu’il faut composer avec quelqu’un d’autre ! Et inversement, personne ne me regarde de travers lorsque je me bidonne devant une vidéo de chat pendant ma pause. Ou que je répète à haute voix ce que je vais dire au téléphone avant même d’avoir composé le numéro.

En résumé, côté positif : plus de liberté et de productivité, mais aussi de moins de stress et de temps perdu. Pour ce qui est du côté négatif, ce sera pour un autre jour !

Facebooktwitterlinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *